Nación Latina

Équateur : Des ONG dénoncent des arrestations arbitraires (vidéo)

11 octobre 2019 à 07h14 Par Jérome Pasanau
Les manifestations se poursuivent en Equateur
Crédit photo : Twitter @PaulinaRecalde

Les arrestations arbitraires survenue mardi 8 octobre à Quito concerneraient les membres du parti indigène et des mineurs.

Des ONG de défense des droits de l'homme ont dénoncé mercredi 9 octobre l'arrestation arbitraire de 83 à Quito. Selon eux, il s’agirait de membres du mouvement indigène et des mineurs. La police de son côté avance le fait que ces personnes seraient en situation irrégulière 

Dans un communiqué, les ONG précisent que ces arrestations ont eu lieu le mardi 8 octobre dans la capitale, près de l’Assemblée Nationale. Il s’agirait de manifestants, venus protester contre la hausse des prix du carburant.  

Des centaines de manifestants, pour la plupart issus du mouvement autochtone, ont pris d'assaut mardi le siège parlementaire à Quito. L’occupation a duré une heure, les policiers ont du faire usage de bombes lacrymogènes pour les déloger.  

Le document de l'ONG précise que les personnes interpellées ont été détenues pendant environ sept heures dans les sous-sols du siège du groupe d'intervention et sauvetage (GIR) de la police nationale à Pomasqui. Ils auraient ensuite été transférés dans une autre unité judiciaire de la ville sans autre forme de procès.   

Pour rappel, l’Équateur est en état d’urgence depuis le 03 octobre, premier jour de manifestation, au cours duquel des manifestations violentes et des pillages ont été enregistrés. L’armée a été déployée dans les rues du pays pour y maintenir l’ordre.  

De son côté, le président Lenín Moreno a quitté lundi la capitale. Il s'est réfugié dans la ville côtière de Guayaquil, dans le sud ouest du pays. Il y a également installé pour 30 jours le siège du gouvernement.  

A noter que selon la Croix Rouge, en une semaine, les manifestations en Equateur ont fait au moins 5 morts et 122 blessés.