Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Nación Latina

En Équateur, les manifestations se poursuivent contre la hausse du prix de l’essence (vidéo)

08 octobre 2019 à 07h17 Par Jérome Pasanau
Les manifestations se poursuivent dans la capitale Quito
Crédit photo : Twitter @CONAIE_Ecuador

Les Équatoriens protestent contre la hausse des prix du carburant. Une hausse de plus de 123% décidée par le président jeudi 3 octobre.

La tension est montée d’un cran. Depuis la semaine dernière, paysans, étudiants, opposants politiques descendent quotidiennement dans les rues en Équateur. La population proteste contre la hausse massive des prix des carburants décidée par le gouvernement. 

 

Dans le cadre d’un accord conclu en mars dernier avec le FMI, le gouvernement équatorien a décidé de retirer les subventions accordées aux carburants. En échange de ce programme de réformes économiques sur 3 ans, Quito pourrait ainsi accéder à un soutien financier de 4.2 milliards de dollars.  

Depuis jeudi, les prix à la pompe explosent. Ils ont progressé de 123%. Le gallon américain (3.79 litres) de diesel est ainsi passé de 1.03 à 2.30 dollars. Le gallon d’essence ordinaire quant à lui est passé de 1.85 à 2.40 dollars. 

 

Depuis, les manifestations se multiplient. Le week-end dernier, la grogne s’est étendue à une dizaine de provinces du pays. Des manifestations qui ont déjà fait un mort dimanche. Un homme de 35 ans a été renversé par un véhicule pendant une manifestation dans la province d’Azuay dans le sud du pays. 

 

Selon un dernier bilan établi par la ministre de l’intérieur, Maria Paula Romo, en date du dimanche 6 octobre, 14 personnes ont été blessées et 477 arrêtées, la plupart pour actes de vandalisme. A noter que l’armée a été appelée en renfort pour maintenir l’ordre. Le président équatorien Lenin Moreno ayant instauré la semaine dernière l’état d’exception pour 60 jours. 

 

À noter que le président Lenin Moreno a annoncé cette nuit, dans une allocution, déménager dans la ville de Guayaquil et y transférérer également le siège du gouvernement.