Violences policières : des policiers de la BAC 93 visés par l’IGPN

25 novembre 2020 à 13h00 par Lucas Pierre

Deux enquêtes ont été ouvertes par l'IGPN, la police des polices, après la diffusion d'images qui ont largement fait réagir sur les réseaux sociaux. Deux policiers de la BAC 93 sont mis en cause.

LATINA
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est dit "choqué" par les images des violences commises
Crédit: Common Wikimedia

Les images ont provoqué l’émoi des réseaux sociaux lundi soir. Après l’évacuation musclée de plusieurs centaines de migrants sur la Place de La République à Paris par les forces de l’ordre, une enquête a été ouverte par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Deux policiers en particulier sont dans le viseur de la police des polices : ils travaillent tous les deux à la Brigade anti-criminalité du 93 de nuit.

L’un d’eux est un policier gradé, il est commissaire divisionnaire et il est soupçonné d’avoir volontairement fait un croche-pied à un migrant en train de fuir. Cet acte a même été filmé et largement diffusé sur les réseaux sociaux.

Le commissaire divisionnaire, qui n’est apparemment pas un habitué du terrain, serait arrivé il y a quatre ans à la BAC 93. L’autre policier visé par l’enquête de l’IGPN est un gardien de la paix. Il a été filmé alors qu’il molestait un journaliste maintenu au sol.

Ces événements interviennent alors que la proposition de loi « Sécurité Globale » a été votée ce mardi à l’Assemblée nationale. Cette loi est contestée depuis plusieurs jours en raison d’un article qui interdirait la diffusion malveillante des visages des forces l’ordre. Le ministre de l'Intérieur a, de son côté, renouvellé sa confiance au Préfet de police de Paris Didier Lallement.

I