Le Brésil confirme organiser la Copa America

2 juin 2021 à 6h00 par Jérome Pasanau

Après le retrait de la Colombie et de l'Argentine à cause de la pandémie, la Confédération sud-américaine de football a attribué lundi l'organisation de la Copa America 2021, au Brésil. Mardi soir le gouvernement brésilien a confirmé la tenue de la compétition sur son sol.

LATINA
Crédit: Wikipédia

À une dizaine de jours du coup d’envoi de la Copa America, on sait désormais où la compétition se déroulera : au Brésil ! Après les retraits des organisateurs initiaux, la Colombie et l’Argentine, à cause de la crise sanitaire et des troubles politiques, la confédération sud-américaine de football – la Conmebol – a désigné lundi 31 mai à la surprise générale, le Brésil comme nouveau pays hôte pour organiser la compétition du 13 juin au 10 juillet. Après 24h de réflexion, le gouvernement de Jair Bolsonaro a donné son feu vert à la tenue de la compétition sur son sol.

« Le Brésil accueillera la Copa America » a déclaré le président Jair Bolsonaro lors d’un événement au ministère de la santé, à Brasilia, assurant qu’au moins quatre des 27 Etats du pays étaient prêts à accueillir des rencontres. Son chef de cabinet, Luiz Eduardo Ramos, qui avait semé le doute lundi en affirmant que rien n’était encore décidé, a tweeté : « Confirmé : la Copa America aura lieu au Brésil. » Il a ensuite précisé que les rencontres seraient disputées dans les Etats de Rio de Janeiro, du Mato Grosso, de Goias et du District fédéral, celui de la capitale, Brasilia.

Plus tôt dans la journée de mardi, une avalanche de critiques est venue s'abattre de la part d'épidémiologistes brésiliens, estimant que la Copa América « va contribuer à la recrudescence de la pandémie », et de membres de l'opposition annonçant vouloir saisir la Cour suprême pour faire annuler le tournoi, dont les villes-hôtes n'ont pas encore été définies. « L'Argentine a refusé la Copa América en raison de l'aggravation de la pandémie. Là-bas, le nombre moyen de décès au cours des sept derniers jours a été de 470 personnes... Ici, il a été de 1 844. Quatre fois plus. Voilà à quoi ressemble un gouvernement assassin » a réagi Marcelo Freixo, député d'opposition du Parti socialisme et liberté sur Twitter. Le Brésil affiche le deuxième bilan le plus meurtrier au monde après les Etats-Unis, et seulement 11% de la population a reçu deux doses de vaccin. Malgré ces critiques, le gouvernement brésilien a finalement tranché, et préféré jouer la carte du sport plutôt que celle de la santé publique.