L’Espagne rouvre ses frontières aux touristes vaccinés

8 juin 2021 à 8h00 par Jérome Pasanau

L'Espagne a rouvert ses plages aux touristes vaccinés, lundi 7 juin. Le pays, qui représente la deuxième destination touristique mondiale, espère ainsi relancer son secteur touristique.

LATINA
L'Espagne avait accusé une baisse de fréquentation de 77% en 2020, après avoir accueilli 83,5 millio
Crédit: Pixabay

À quelques semaines du début de la saison estivale, la seconde destination mondiale, l’Espagne, mise sur une relance du tourisme cet été. Le pays avait accusé une baisse de fréquentation de 77% en 2020, après avoir accueilli 83,5 millions de visiteurs en 2019. « L’Espagne est une destination sûre » a déclaré la ministre de la Santé Carolina Darias, en affirmant que le pays était « en passe de retrouver son leadership touristique mondial ». Autre assouplissement destiné à relancer le tourisme, les Européens non vaccinés, qui avaient déjà le droit de venir, mais devaient présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures pourront désormais se contenter d’un test antigénique, beaucoup moins cher. 

De la Costa del Sol aux Baléares ou aux Canaries, les hôtels et les restaurants ont rouvert après des mois de fermeture, se refaisant une beauté pour certains, tandis que les compagnies aériennes ont repris les vols vers certaines destinations. Seule déconvenue de taille pour l’Espagne, le Royaume-Uni, premier contingent de touriste pour l'Espagne en 2019 avec 18 millions de visiteurs, a maintenu la semaine dernière le pays sur sa liste de pays à risque concernant l'épidémie de coronavirus. Elle exige de ses ressortissants de passer plusieurs tests et d'observer une quarantaine d'au moins cinq jours à leur retour. Un élément qui risque de décourager de nombreux touristes britanniques. Depuis le 24 mai, l'Espagne avait pourtant tendu les bras aux touristes britanniques, de nouveau autorisés à entrer dans le pays sans même devoir présenter un test PCR. Les ressortissants de quelques autres pays, comme la Chine ou le Japon, sont eux aussi exemptés de toute restriction. Londres ne devrait réexaminer sa décision que dans trois semaines.