« J’avais disparu » : Bad Bunny se confie sur sa dépression

7 janvier 2021 à 13h25 par A.L.

Bad Bunny vient de se confier à coeur ouvert lors d'un entretien accordée au journal espagnol "El País". On vous dit tout !

LATINA
Bad Bunny s'est livré à coeur ouvert.
Crédit: Capture d'écran Instagram

Alors que son troisième album de l'année 2020, baptisé El último tour del mundo, est devenu le premier opus entièrement réalisé en langue espagnole à arriver à la première place du palmarès Billboard 200, Bad Bunny, dont le titre Dákiti en collaboration avec Jhay Cortez est un franc succès, vient de se confier lors d'une interview exclusive pour le journal El País. Au programme ? De nombreux sujets, dont sa dépression vécue entre 2016 et 2018.

"Que se passe-t-il ?"

En effet, la star a déclaré avoir souffert de dépression il y a quelques années. "De 2016 à 2018, j'ai disparu", s'est-il souvenu. "J'étais à l'intérieur d'une capsule, je n'ai rien découvert. Le monde me voyait mais au fond de moi, j'avais disparu". En raison de son emploi du temps très chargé, Bad Bunny a fait une sorte de burn out. Il s'est déconnecté de sa famille et a cessé de profiter de ses loisirs préférés, comme regarder des matchs de boxe. "C'est à ce moment-là que je me suis dit : 'Qui suis-je ? Que se passe-t-il ?'", a-t-il confié. "Je suis une personne qui change soudain d'humeur, je suis très sentimental", a-t-il ajouté. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @badbunnypr

Interrogé sur ses paroles qui font souvent référence au sexe, le chanteur a déclaré au journal espagnol qu'il essayait de s'assurer qu'elles ne soient néanmoins pas machistes, se définissant comme un défenseur de la communauté LGBTQ et du féminisme. "J'ai de nombreux types de fans : des fans de la communauté LGBTQ, et je suis sûr que j'ai aussi des fans homophobes, des féministes et des machistes", a-t-il expliqué. "J'ai la capacité de les rendre tous accros au reggaeton et à mon vocabulaire, à ma façon de penser. Je parle comme ils parlent, et je leur fait passer un message sans leur donner l'impression que c'est un sermon", a lâché l'artiste portoricain qui ne cesse de cartonner à travers le monde.