Insolite

Il finit les deux jambes amputées à cause d'une énorme dispute sur Johnny Hallyday

03 décembre 2019 à 16h45 Par A.L.
Photo d'illustration
Crédit photo : Pixabay

Un homme de 40 ans comparaît depuis ce lundi 2 décembre 2019 devant la cour d’assises d’appel de Perpignan. La raison ? L'utilisation de son arme ayant "entraîné une mutilation ou une infirmité permanente" à l'encontre d'un autre individu, lors d'une dispute sur Johnny Hallyday il y a 9 ans.

C'est un scénario digne d'un film. Et pourtant, ce drame est malheureusement bel et bien survenu il y a 9 ans, comme le rapporte le site de L’Indépendant ce mardi 3 décembre. Un homme de 40 ans comparaît depuis la veille devant la cour d’assises des Pyrénées-Orientales pour "violences avec usage ou menace d’une arme ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente". L’histoire remonte à juillet 2010. Alors qu’un barbecue était organisé entre plusieurs familles de la communauté des gens du voyage sur l’aire d’accueil de La Grande-Motte, près de Montpellier, le ton serait monté entre deux individus. La raison de leur discorde ? Un titre de Johnny Hallyday qui était joué lors de la fête. Selon La Dépêche, les deux hommes "ne partageaient pas les mêmes goûts musicaux"

"Il lui a tiré dessus"

Très vite, la situation dégénère. James Monte, le fils de l’un des deux hommes, "alerté par les cris", serait alors sorti de sa caravane,  avec "un fusil à pompe calibre 12 à canon scié" pour défendre son père. Sans chercher à comprendre l’origine de leur désaccord, il se serait approché de l’homme qui discutait avec son père, un certain Johnny Lenfant, et lui aurait tiré dessus alors que ce dernier était "en train de ramper au sol". Lorsque la victime a tenté de se relever, elle aurait été touché par trois autres tirs au niveau du genou, du fessier et de la cheville. Ses blessures graves auraient conduit à l’amputation de ses deux jambes. L’accusé avait été jugé et condamné à 14 ans de réclusion criminelle en décembre 2015. Un second procès avait eu lieu en 2018 mais reporté. Le verdict final est attendu demain, mercredi 4 décembre.