Info locale

Grève : la région menace de ne pas payer la RATP

12 septembre 2019 à 11h21 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Common Wikimédia

Si le service minimum n’est pas assuré ce vendredi 13 septembre, Île-de-France Mobilités, autorité organisatrice des transports dans la Région, a annoncé qu'elle ne paierait pas la RATP.

La journée du vendredi 13 septembre s’annonce compliquée dans les transports en communs à Paris. En raison d'une grève des agents qui contestent la réforme de leur régime de retraite, 10 lignes de métro sur 16 seront fermées. Les RER A et B ne rouleront qu’en heures de pointes. Les perturbations toucheront aussi les tramways et les bus à Paris et en couronne.

Mais la journée pourrait aussi coûter chez à la RATP. Selon Le Parisien, bien informé, Valérie Pécresse la présidente d'Île-de-France Mobilités (IDFM) a annoncé qu'elle ne paierait pas la RATP pour la journée du vendredi 13 septembre, si le service minimum n'était pas assuré. Le contrat liant lla RATP et IDFM impose un service de 50% du trafic habituel sur l'ensemble du réseau. Ce qui ne sera pas le cas vendredi.

L'autorité organisatrice des transports dans la région verse plus de 3 milliards d'euros par an à la RATP pour exploiter les lignes. Valérie Pécresse a ainsi réclamé cet été, un service obligatoire de 100% du trafic habituel pendant les heures de pointes. À l'entreprise de s'organiser les jours de grève. Une mesure difficilement applicable selon les syndicats car tout le monde n’a pas le permis de conduire un métro. CQFD.