Musique

Farruko a été arrêté à Porto Rico (Vidéo)

05 avril 2018 à 12h00 Par Aurélie AMCN
Crédit photo : Farruko

Farruko derrière les barreaux. Le chanteur a été arrêté sur l'île de Porto Rico. On vous dit tout sur les circonstances et les raisons de son arrestation.

Farruko les menottes aux mains. Ces images ont fait le tour des médias américains, mais aussi de la toile en l’espace de quelques heures (voir vidéo ci-dessous). Dans la foulée, de nombreux internautes, célèbres et anonymes, ont rapidement exprimé leur soutien au chanteur portoricain avec le hashtag #FreeFarruko sur les réseaux sociaux. 

FARRUKO ARRÊTÉ À SON ARRIVÉE A PORTO RICO

Ce mardi 3 avril, Farruko, de son vrai nom Carlos Efrèn Reyes Rosado, a en effet été arrêté par des agents fédéraux peu de temps après son arrivée sur l’île de Porto Rico. L’interprète de Krippy Kush est accusé d’avoir transporté et caché plus de 52 000 dollars non-déclarés dans ses bagages lors d’un vol entre la République Dominicaine et son île natale. Une somme d’argent considérée comme étant de la contrebande par les autorités portoricaines. Dès son arrestation dans la demeure de ses parents dans la ville de Bayamon, au nord de l’île, Farruko a été placé en cellule. Le lendemain, mercredi 4 avril, il a ensuite été présenté à un juge. Libéré avec une caution de 100 000 dollars, il est aujourd’hui placé sous résidence surveillée dans sa villa de Miami en Floride (Etats-Unis) avec un moniteur à la cheville.

FARRUKO RISQUE UNE PEINE DE 5 ANS DE PRISON

Brièvement interrogé à sa sortie du tribunal, Farruko aurait expliqué avoir donné un concert en République Dominicaine et avoir oublié de rapporter l’argent à son arrivée chez lui, à Porto Rico. « Je n’ai rien à cacher. J’étais juste fatigué ! », aurait-il déclaré à la presse. Selon les informations du Washington Post, une nouvelle audience est d’ores et déjà programmée au mois d’avril. S’il est reconnu coupable, Farruko devra verser une amende de 250 000 dollars ou une peine d’emprisonnement de 5 ans, voire même les deux. Affaire à suivre…