Info générale

Des balançoires roses installées à la frontière entre les États-Unis et le Mexique (vidéo)

31 juillet 2019 à 10h09 Par MT
Crédit photo : Pixabay

Face à la froideur des politiques ; la douceur de la fraternité. Ce sont des images qui ont déjà fait le tour du monde. À la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, des balançoires roses ont été installées pour les enfants des deux pays.

C’est une volonté du président américain Donald Trump. Pour lutter contre l’immigration illégale, un mur est en construction à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. C’est une décision qui suscite de nombreuses critiques à travers le monde et même sur le sol américain.

Ainsi pour montrer que la fraternité peut s’imposer malgré tout, trois balançoires roses ont été installées à cheval entre les deux pays au niveau du Nouveau-Mexique. Le but : permettre aux enfants de chaque côté de la barrière de pouvoir malgré tout jouer ensemble.

 

Voir cette publication sur Instagram

One of the most incredible experiences of my and @vasfsf’s career bringing to life the conceptual drawings of the Teetertotter Wall from 2009 in an event filled with joy, excitement, and togetherness at the borderwall. The wall became a literal fulcrum for U.S. - Mexico relations and children and adults were connected in meaningful ways on both sides with the recognition that the actions that take place on one side have a direct consequence on the other side. Amazing thanks to everyone who made this event possible like Omar Rios @colectivo.chopeke for collaborating with us, the guys at Taller Herrería in #CiudadJuarez for their fine craftsmanship, @anateresafernandez for encouragement and support, and everyone who showed up on both sides including the beautiful families from Colonia Anapra, and @kerrydoyle2010, @kateggreen , @ersela_kripa , @stphn_mllr , @wakawaffles, @chris_inabox and many others (you know who you are). #raelsanfratello #borderwallasarchitecture

Une publication partagée par Ronald Rael (@rrael) le

On doit l’expérience à Ronald Rael, professeur d’architecture à l’université californienne de Berkeley. Il travaillait depuis près de 10 ans sur ce projet.