Au Nicaragua, la Cour interaméricaine des droits de l'homme exige la libération des opposants au régime

28 juin 2021 à 8h00 par Jérome Pasanau

La Cour intéraméricaine des droits de l'homme a exigé jeudi 24 juin, la libération immédiate de quatre opposants nicaraguayens arrêtés, à cinq mois des élections, et accusés par le président Daniel Ortega de vouloir renverser le gouvernement.

LATINA
19 opposants ont été arrêtés ces dernières semaines au Nicaragua pour « incitation à l'ingérence étr
Crédit: Wikipédia

La Cour, basée à San José au Costa Rica, a ordonné au gouvernement du Nicaragua « de procéder à la libération immédiate » de l'économiste Juan Sebastian Chamorro et du politologue Félix Madariaga, candidats à la présidentielle, ainsi que de l'entrepreneur José Adan Aguerri et de l'activiste Violeta Granera.

Elle a donné jusqu'au 8 juillet à Managua pour l'informer des « mesures urgentes adoptées pour exécuter cette décision », prise en raison de l' « extrême gravité » de leurs cas, de l'urgence de la situation et dans le souci d'éviter « des dommages irréparables ».

Les décisions de la Cour interaméricaine des droits de l'homme doivent obligatoirement être exécutés par les pays qui reconnaissent cette juridiction, parmi lesquels figure le Nicaragua. Un total de 19 opposants ont été arrêtés ces dernières semaines au Nicaragua pour « incitation à l'ingérence étrangère » et « soutien aux sanctions » contre le gouvernement sandiniste, parmi lesquels cinq candidats à la présidentielle de novembre.

Le président Daniel Ortega accuse ces opposants d'être « des agents de l'empire yankee » qui « conspirent contre le Nicaragua pour renverser le gouvernement ».

I