Italie : il trouve son café trop cher, un Florentin appelle la police

Café
Café
Crédit: CC0 - Image d'illustration

23 mai 2022 à 12h04 par Iris Mazzacurati

Au moment de régler son café, cet habitant de Florence a estimé l’addition trop élevée et a fait appel à la police, qui lui a donné raison.

En Italie, le tarif en vigueur pour un café pris dans un bar est à 1 euro. Ce Florentin a failli régurgiter son expresso décaféiné, lorsque le serveur lui a apporté une addition s’élevant à 2 euros.

Même s’il a choisi de s’attabler au Ditta Artigianale, lauréat du titre de meilleur torréfacteur de café italien en 2019, la pilule ne passe pas. Il fait donc appel aux forces de l’ordres qui décident d’infliger une amende de 1 000 euros à l’établissement pour non-affichage des tarifs.

Le client mécontent n’a donc pas su combien allait lui coûter son expresso, avant de le commander, comme l’exige la loi.

Une envolée des prix qui risque malheureusement de se généraliser chez nos amis translapins, où l’inflation et certains problèmes d’approvisionnement font constamment augmenter les tarifs.

Une vidéo instagram

De son côté, le propriétaire du café, Francesco Sanapo s’est insurgé et a justifié ses tarifs sur les réseaux sociaux :

 

 

 

 

"Ils m'ont infligé une amende parce qu'ils ont payé 2 euros pour mon expresso ! (...)

Aujourd'hui encore, une personne s'est énervée pour avoir payé deux euros, un décaféiné d'une plantation mexicaine préparé avec beaucoup de professionnalisme par mes barmans. Elle s’est énervée au point de mobiliser une patrouille de la police municipale de #Florence, obligée d'intervenir et de nous prendre en faute (à juste titre, mais selon une loi désuète), car nous n'avions pas affiché le prix du décaféiné sur le menu derrière le comptoir (mais présent pourtant dans le menu QR code).

Je ne suis pas de ceux qui utilisent les réseaux sociaux pour se plaindre, mais cette fois, c’est allé trop loin pour moi et pour tout le secteur de l'hôtellerie et en particulier pour le monde du café/cafétéria. L'idée que cet homme se promène maintenant fier de lui, croyant avoir donné une leçon et rendu justice, cela ne me convient tout simplement pas et j'espère sincèrement qu’il verra cette vidéo d'une manière ou d'une autre, afin d’avoir l'occasion de le confronter à la réalité."

Le propriétaire a depuis reçu le soutien de ses clients fidèles et d’une association de défense des petites entreprises...