Seine-Saint-Denis : des habitants s’opposent à la cession d‘une partie du parc Georges Valbon

6 janvier 2021 à 18h30 par Bertrand Loppin

Un recours vient d'être déposé contre la session dÈune partie du parc Georges Valbon. Ce terrain doit accueillir le village des médias pour les jeux olympiques de Paris 2024.

LATINA
Le parc Georges Valbon.
Crédit: Commons Wikimedia- Guilhem Vellut

Situé sur la commune de Dugny en Seine-Saint-Denis, le parc Georges Valbon fait actuellement l’objet de nombreuses convoitises. Le 10 décembre dernier, le conseil départementale a voté la vente d‘une partie de ce parc pour une somme de 6,9 millions d‘euros au profit de la société Solideo. Cette dernières est chargés de la livraison des ouvrages olympiques pour les jeux qui se dérouleront à Paris en 2024. En effet, la parcelle cédée d‘une superficies e 11,5 hectares doit accueillir le village des médias. Ce dernier sera transformé après les jeux en écoquartier de 1300 logements avec commerces. Jusqu’à présent, cette partie du site abritait la fête de l’Huna.

 

Mais, il semble que ce projet ne soit pas du goût de tout le monde. Un recours en justice contre cette cession vient d'être déposé. Un référé-suspension sera étudié par la cour administrative d'appel de Paris, compétente pour les contentieux liés au JO de Paris 2024. Derrière cette action, il y a une dizaine d‘usagers du parc mais également le Collectif pour le Triangle de Gonesse ainsi que le MNLE 93, la section départementale du Mouvement national de lutte pour l'environnement. Les opposants à la cession dénoncent la future bétonisation de ce poumon vert du département et le cadeau fait aux promoteurs immobiliers. Ils s’insurgent également du fait que parme les 1300 logements qui seront construits sur les lieux, il n’y aura seulement qu’une part de 20% de logements sociaux.

 

De son côté, le conseil départemental a réagi en déclarant que toutes les procédures ont été faites dans les règles et la transparence. Il précise qu’au terme du projet, le parc Georges Valbon sera agrandi de 6 hectares par rapport à sa surface actuelle grâce à la dépollution aux hydrocarbures de terrains situés sur la commune de la Courneuve. Sur la question es logements sociaux, le département inique que la ville de Dugny en compte déjà 75% et que le futur écoquartier poursuivra un objectif de mixité sociale en permettant une accession à la propriété. Le conseil départemental recevra les opposants dans quelques jours pour évoquer le dossier et tenter de trouver une terrain d‘entente.

I