Nación Latina

La corruption, une préoccupation majeure pour les citoyens d’Amérique Latine et des Caraïbes

10 octobre 2019 à 06h38 Par Jérome Pasanau
Crédit photo : Pixabay

Le 10ème baromètre de l’ONG Transparency International sur la question de la corruption dans les pays d’Amérique Latine et dans les Caraïbes a été dévoilé le 23 septembre dernier. Le constat est alarmant.

L’enquête a été menée dans 18 pays auprès de 17 000 personnes. Et pour 53% des personnes interrogées, la corruption a augmenté au cours des 12 derniers mois en Amérique Latine et dans les Caraïbes. Pire, la population estime également que les gouvernements sont laxistes, qu’ils n’en font pas assez pour combattre cette situation. Ils sont 85% à penser que la corruption du gouvernement de leur pays est un gros problème.  

L’étude révèle également que 20% ont dû verser un pot de vin pour avoir accès à un service public de base, de l’eau et de l’électricité, à la santé ou encore à l’éducation. Ce qui représente 56 millions de personnes dans les 18 pays étudiés. Les pays les plus touchés par cette pratique sont le Venezuela – 50% des sondés déclarent avoir payé – le Mexique (34%) et le Pérou (30%). Le Costa Rica figure en fin de classement avec 7%.  

Pour la 1ère fois, l’enquête met également en lumière un autre phénomène, le chantage sexuel ou sextorsion. Selon l’ONG, en Amérique Latine et dans les Caraïbes, 1 personne sur 5 en serait victime. Enfin, toutes catégories confondues, selon l’ONG, sur le podium des pays les plus corrompus, on retrouve le Venezuela en 1ère position, suivi de peu par la République Dominicaine et le Pérou.