Mexique : elle commente la coupe du monde dans sa langue ancestrale

Elle commente les matchs du Mexique en nahualt, une langue ancestrale.
Elle commente les matchs du Mexique en nahualt, une langue ancestrale.
Crédit: CC0 - Image d'illustration

30 novembre 2022 à 9h49 par Iris Mazzacurati

La Mexicaine Lin Pavon vient d’écrire une page insolite de la Coupe du monde de football 2022. Elle a notamment commenté dans sa langue natale, le choc Mexique-Argentine.

"¡Ko'one'ex Mexico!" (allez le Mexique) : la journaliste et photographe de 32 ans  s’est rendu à Doha pour une grande première : retranscrire non pas en espagnol, mais dans sa langue ancestrale, le nahualt, une rencontre de phase finale de coupe du monde, sur place et dans les conditions du direct.

"C'est une expérience géniale", a-t-elle confié après avoir couvert le match nul contre la Pologne (0-0) au milieu d'une fan-zone à Mexico, parmi des milliers de supporters, avant de s'envoler pour l'émirat.

"Nous avons connu des discriminations dans plusieurs domaines et c'est une opportunité de les dépasser avec nos langues maternelles", s'enthousiasme la jeune femme originaire de l'état d'Hidalgo (centre-est).

Une langue ancestrale marginalisée

Marginalisé par l'espagnol, le nahualt a légué aux langues latines quelques mots pour désigner des spécialités méso-américaines (cacahuètes, chocolat, tomate...).

Environ 7,3 millions de Mexicains (6,1% de la population) parlent une langue ancestrale (nahuatl, maya, mixe, mixtèque, chatino, zapotèque...), d'après des chiffres officiels.

Lin commente les matches en nahualt pour le compte des stations de Televisa Radio. Mardi, à ses côtés, Adolfo Haas, 31 ans, couvrait la rencontre en maya.

"ko'ochaj tu p'íich" (corner), "tu jo'usai le k'aan tarjeta'o'" (carton jaune), paklan bíin ma'alob ti'ob (match nul): la langue ancienne s'adapte à la modernité du football.

Diplômé en sciences de l'information et de la communication, Adolfo est avec Lin le représentant d'une initiative appelée "Commentateurs indigènes -la sélection appartient à tout le monde", sponsorisée par une célèbre marque de bière.

 

 

(Avec AFP)