Venezuela : la police exécute plus de 200 personnes en 3 mois

26 mars 2021 à 7h00 par Jérome Pasanau

Des enquêteurs indépendants de l'ONU accusent la police vénézuélienne d'avoir exécuté plus de 200 personnes depuis le début de l'année.

LATINA
La police vénézuélienne dans le collimateur de l'Organisation des Nations Unies.
Crédit: Wikipédia

La police vénézuélienne dans le collimateur de l’Organisation des Nations Unies. Selon les enquêteurs indépendants de l’ONU, depuis le début de l’année 2021, la police vénézuélienne aurait tué plus de 200 personnes. Devant le Conseil des droits de l’homme à Genève, les enquêteurs ont également indiqué avoir identifié des dizaines d’arrestations arbitraires présumées récentes.

« Nous allons mener des investigations sur les circonstances » des décès attribués à une unité d’élite controversée de la police, la FAES, a indiqué la présidente de la Mission internationale d’établissement des faits sur le Venezuela, Marta Valinas. En trois jours en janvier, la FAES a mené ce qui semble être l’une des interventions policières les plus meurtrières avec plus de 600 fonctionnaires déployés. Les premiers éléments de l’enquête menée par les enquêteurs de l’ONU laissent penser que certains de ces décès sont des exécutions extrajudiciaires. L’ONU et la Suisse ont déjà appelé, à plusieurs reprises, à démanteler cette unité d’élite.

La Mission continue également de mener des investigations sur des cas de torture. Elle a aussi reçu également des indications de violences sexuelles contre des détenus. Au moins un prisonnier est décédé parce qu'il n'a pas reçu les soins qu'un tribunal avait pourtant imposés. Dans son rapport rendu en septembre dernier, la Mission avait estimé que de possibles crimes contre l’humanité avaient été perpétrés. Elle avait d’ailleurs mis en cause directement la responsabilité du président Nicolas Maduro et deux de ses ministres.