"La chemise de métro" : qu'est-ce que cette nouvelle tendance TikTok pour combattre le harcèlement sexuel dans les transports ?

23 mai 2023 à 18h54 par A. L.

La nouvelle tendance TikTok pour combattre le harcèlement sexuel dans les transports
Photo d'illustration
Crédit: Pixabay

Bien décidées à lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun, des femmes dévoilent leurs "tenues de métro" anti-harceleurs sur TikTok.

Le hashtag #SubwayShirt comptabilise actuellement plus de 4 millions de vues sur TikTok. Mais en quoi consiste cette nouvelle tendance qui a vu le jour sur le réseau social chinois ?

Popularisée par Claire Wenrick, une jeune new-yorkaise de 24 ans, la trend "chemise de métro" (en français, ndlr), dévoile des centaines de vidéos de femmes qui dénoncent le harcèlement sexuel dans les transports en commun en cachant leur tenue de printemps par un "subway shirt". Cette technique, qui consiste à enfiler un grand t-shirt ou une chemise pour cacher les crop-top, décolletés et dos nus, éviterait ainsi les tentatives de drague, les regards insistants ou encore les remarques sexistes subis par la gente féminine dans les transports en commun.

 

 

Une manière de se protéger

 

"C’est une façon de me protéger en allant d’un point A à un point B. Je ne veux pas devenir une cible, aussi bizarre que cela puisse paraître", a confié Claire Wenrick au média britannique The Guardian. "Je pense qu'il est fantastique que ces vidéos TikTok sensibilisent au préjudice causé par le harcèlement et les agressions sexuelles dans les espaces publics", a de son côté expliqué Leora Tanenbaum, autrice du livre Je ne suis pas une salope: le dénigrement des salopes à l'ère d'internet.

À travers cette trend 2.0, les femmes espèrent ainsi sensibiliser et mobiliser le plus grand nombre afin de faire cesser le harcèlement, devenu un véritable fléau dans la rue et dans les transports. En effet, comme le dévoilait une étude française de la FNAUT (Fédération nationale des associations d’usagers des transports) en 2016, sur 6000 femmes interrogées, 87% d'entre elles révélaient avoir été victimes de harcèlement dans les transports en commun.