Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Insolite

Comment démissionner en touchant le chômage ?

23 octobre 2019 à 10h55 Par Armelle R
Dès le 1er novembre on pourra toucher le chômage après une démission, mais les conditons sont strictes.
Crédit photo : Pôle emploi

Une loi va entrer en vigueur le 1er novembre qui nous permettra de démissionner et de toucher le chômage. Mais il y a certaines conditions à respecter.

Emmanuel Macron avait promis qu’on pourrait démissionner et toucher l’indemnisation chômage. Le président l’a fait. En effet, dès le 1er novembre 2019, le gouvernement ouvre le droit au chômage aux salariés qui remettent leur démission à leurs patrons. Mais ce n’est pas sans condition, il y en a même beaucoup !

Les conditions à respecter.

Pour pouvoir toucher l’allocation chômage, vous devez cocher quelques cases :

  • Il faut être dans l’entreprise depuis 5 ans minimum.
  • Il faut avoir un projet de reconversion, ou de création ou de reprise d’entreprise validé avant la démission. C'est là que ça se complique.

Comment valider son projet de reconversion ?

Le projet de reconversion et de formation devra être validé avant la démission par « la commission paritaire interprofessionnelle régionale », en fonction du lieu de résidence. D’après Le Figaro, cette commission étudiera si le projet est sérieux et viable. Pour cela, la reconversion choisie devra être cohérente et pertinente en fonction des connaissances du salarié, mais également en fonction des perspectives d’emploi et du financement possible de cette formation.

Une fois le projet de reconversion validé...

Dès que le dossier de reconversion et de formation est validé par cette commission, le salarié pourra ensuite faire une demande pour toucher l’allocation chômage. Il a 6 mois pour faire les démarches et lancer son projet de reconversion pour ainsi finaliser la validation et bénéficier effectivement d’une aide de l’Etat.

Ce n’est donc pas si simple de toucher le chômage suite à une démission, mais ça a le mérite d’exister !