Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Seine-et-Marne : 16 ans après, la piste Fourniret relancée dans l’affaire Estelle Mouzin

21 novembre 2019 à 10h59 Par Mikaël Livret
Son ex compagne Monique Olivier doit être entendu par la juge d'instruction concernant l'alibi du tueur en série
Crédit photo : Common Wikimédia

La petite fille de 9 ans avait disparu en rentrant de l’école, un soir de janvier 2003, à Guermantes (Seine et Marne). À l’époque, l’ex-femme de Michel Fourniret lui avait fourni un alibi. Elle pourrait revenir dessus ce jeudi 21 novembre 2019.

L’enquête relancée ? Monique Olivier, l'ex-compagne de Michel Fourniret, va être entendue jeudi 21 novembre par la juge d'instruction de Paris Sabine Khéris, en ce qui concerne l'alibi de Michel Fourniret dans la disparition d'Estelle Mouzin.

Estelle Mouzin avait disparu un soir de janvier 2003, alors qu'elle rentrait de l'école à Guermantes (Seine-et-Marne). Le corps de la fillette de 9 ans n'a jamais été retrouvé. Le dossier a pris une nouvelle tournure quand il a été dépaysé en juillet 2019, de Meaux à Paris, avec la nomination d'une nouvelle juge d'instruction.

En juin, une "déclaration spontanée" de Monique Olivier avait été ébruitée. Elle y évoquait l'alibi de Michel Fourniret le soir de la disparition d'Estelle Mouzin. Son ex compagnon aurait passé un appel téléphonique à son fils Jean-Christophe. Il ne pouvait donc pas, selon cette déclaration, avoir enlevé la fillette. "La question qui m'est posée est de savoir si Michel Fourniret a appelé son fils Jean-Christophe le soir de la disparition d'Estelle Mouzin ou s'il m'a demandé de le faire pour servir d'alibi", avait alors déclaré en juin Monique Olivier, selon son avocat. Elle se disait prête, à l'époque, à collaborer avec la justice.