Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Musique

Au Mexique, on tue les poules à l'église !

19 avril 2017 à 15h57 Par Ludo

Dans la région du Chiapas au Mexique, on ne mange pas de cocottes en chocolat, mais on tue une poule lorsqu'on est malade.

Après ces fêtes de Pâques où vous avez peut-être frôlé l'indigestion de cocottes et oeufs en chocolat , nous partons au Mexique pour découvrir une coutume assez originale. Là-bas, les poules, les vraies, sont sacrifiées dans une église pour guérir lorsqu'on est malade et éloigner le mauvais sort si jamais on a la poisse. 

Plusieurs journalistes un peu baroudeurs ont eu l'occasion d'assister au fameux rituel et ont raconté comment cela se passait. L'église en question est celle de San Juan de Chamula, une petite ville de 3700 habitants située dans la province du Chiapas au sud-ouest du Mexique. La population de cette région est constituée d'environ un tiers de Maya Tzotzile, un des derniers groupes indigènes vivant encore aujourd'hui sur le sol mexicain. Ces habitants ont hérité de plusieurs coutumes ancestrales dont le fameux sacrifice de la poule.

La scène est parfaitement insolite. Imaginez un mini bus qui roule à tombeaux ouverts, avec quinze personnes en transe et une poule vivante... Les passagers du véhicule accompagnent en fait une des leurs, une jeune femme d'à peine trente ans. Augustina, c'est son prénom, cherche à réjoindre l'église au plus vite pour tuer une poule, qu'elle tient pour l'instant fermement sur ses genoux. Le jeune femme est a une petite fille de quatre ans qui est très malade. Pour la soigner, plutôt que de consulter un médecin, Augustina préfère se rendre à l'église.

Elle explique que le chaman va désenvoûter sa fille en transférant sa maladie sur la poule. Puis, l'animal sera tué et entérré aussitôt. L'histoire ne raconte pas si le taux de guérison est important, mais si vous passez par là-bas vous pourrez toujours essayer. Par contre, mieux vaut ne manger le poulet après l'avoir sacrifié.