Mamy tape l’incruste aux enterrements !

DR
28 septembre 2017
Par Ludovic Vilain
Une grand-mère britannique a trouvé la bonne combine pour manger gratos. Elle s’invite aux enterrements.

Les temps sont durs pour tout le monde et lorsqu’on a une petite retraite et une grosse faim c’est parfois difficile de boucler les fins de mois. Du coup, on doit faire preuve d’ingéniosité pour s’en sortir et manger convenablement… c’est ce qu’a fait cette retraitée de 65 ans habitante de Slough une petite ville de la banlieue de Londres en Angleterre. Mal lui en a pris, Teresa Doyle est aujourd’hui la grand-mère la plus détestée du Royaume-Uni, alors qu’à la base elle ne voulait faire de mal à personne et juste grignoter un petit morceau au frais de la princesse... ou de la reine !

A voir la photo publiée par le journal Daily Mirror on a d’abord du mal à prendre en grippe cette jolie grand-mère. Avec son visage bronzé et ses beaux cheveux blancs dans le vent, on lui donnerait le Bon Dieu sans confession. On l’imagine bien en Mamy idéale en train de faire des crêpes à ses petits-enfants ou bien chantant à la chorale de Noël du village avec ses copines. Mais ne nous fions pas aux apparences, Teresa Doyle est une petite maline et c’est ce qui lui vaut aujourd’hui toute la haine de ses compatriotes.

Pourtant, soyons honnêtes, les faits qui lui sont reprochés ne sont pas bien méchants. La grand-mère indélicate a simplement pris l’habitude de s’inviter aux cérémonies funéraires pour pouvoir manger gratuitement et faire ses provisions pour la semaine. Le rituel est toujours le même depuis 14 ans. Elle frappe à la porte de la maison où sont réunis la famille et les amis du défunt, présente ses condoléances, verse une petite larme et ni vue ni connue fonce vers les petits fours et les assiettes de charcuterie pour faire une razzia. Il paraît même qu’elle vient parfois avec un Tupperware pour faire ses provisions pour la semaine. Une technique qui a ses limites puisque Teresa vient de se faire démasquer et qu’aujourd’hui il ne lui reste que ses yeux pour pleurer … et peut-être une ou deux saucisses cocktails planquées au fond du réfrigérateur.