Le numéro de téléphone du président brésilien publié par erreur

Pixabay
23 octobre 2017
Par Ludo
C'est le bon moment pour se faire inviter à Rio pour le 31 décembre ! Un site internet a publié par erreur le numéro de portable de Michel Temer, le président du Brésil.

Voilà une erreur qui pourrait bien coûter sa place au responsable de la communication de la Chambre des Députés du Brésil. C’est sur le site de cette assemblée qu’a en effet été publié par erreur le numéro personnel du président brésilien Michel Temer. Un incident certes sans gravité et qui a même beaucoup amusé le président lui-même. Les faits ont été révélés par un journaliste du grand quotidien brésilien O Globo qui a profité de l’occasion pour joindre directement Michel Temer sur son 06. Et ça a marché !

Le début de conversation entre les deux hommes a été rendu public par le journal et ce serait déroulé comme ça : « Je parle bien au président, non ? » a demandé le journaliste. « Parfaitement » a répondu Michel Temer en riant. Puis il est redevenu sérieux et a poliment invité son interlocuteur à joindre sa chef de cabinet qui répondrait à ses questions. Mais profitant de cette occasion incroyable le journaliste a insisté pour interviewer le président brésilien sur le vif. Celui-ci d’abord réticent a fini par se laisser convaincre et a répondu à quelques-unes des questions posées par le journaliste. Les deux hommes ont ensuite raccroché après les politesses d’usage et aussitôt, comme par magie, le numéro de portable de Michel Temer a été désactivé. La présidence a en effet tenu à éviter que l’incident ne se reproduise, d’autant plus que le président brésilien traverse en ce moment une grave crise politique qui pourrait lui valoir de nombreux appels de la part d’un peuple brésilien mécontent de sa situation.

Soupçonné d’entrave à la justice et de participation à une organisation criminelle, le président pourrait au final être écarté du pouvoir. Si jamais il finit en prison, il sera sans doute heureux de recevoir quelques coups de fil pour passer le temps.