Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Un film de zombies à Cuba !

28 juin 2017 à 17h40 Par Ludo

L’ouverture du pays n’a pas que du bon si vous voulez notre avis. Jugez-plutôt avec ce film « Juan of the Dead », premier film de zombies tourné à Cuba.

Cuba se lance dans le film de zombies avec "Juan of the Dead", production gore et humoristique teintée d’une petite critique politique. Le réalisateur et scénariste argentin Alejandro Brugués a choisi un héros atypique : Juan, un quadra maigrichon et paresseux qui glande toute la journée. Il trouvera son salut en créant une entreprise de sauvetage suite à l'invasion de Cuba par les zombies.

Pour sauver ses clients et surtout sa peau, il n'hésitera pas à lyncher les morts-vivants à coups de rame de bateau. Super scénario mais qui a failli ne jamais voir le jour. La bataille pour tourner ce film n'a pas été facile, comme le rappelle le coproducteur Inti Herrera : Pendant quatre ans, nous avons été les seuls à croire à ce projet...Ah bon ? On se demande bien pourquoi ? Et puis tout d'un coup vous avez une centaine de personnes sur le plateau et tous ces collaborateurs." Même si l'attente a été longue, l'équipe est finalement parvenue à obtenir le soutien de l'Institut officiel du film cubain et à signer avec une production.

Le budget final de la production s'élève à 2,3 millions de dollars, ce qui est énorme pour Cuba, mais dérisoire à l'échelle Hollywood. Ca fait combien de mojitos 2,3 millions de dollars ? Derrière le gore et l'humour évidents du film, on peut détecter une dose de satire politique. Juan of the Dead présente une bonne occasion de critiquer la société Cubaine avec humour et dérision. Dans une interview à Variety, le réalisateur Alejandro Brugues explique qu'il a tenté, à travers ce film, de mettre en évidence certaines attitudes typiquement cubaines : "A Cuba on fait tous la même chose face à l'ennui, on essaye de gagner de l'argent et quand on en a suffisamment, on essaye de quitter le pays. C'est exactement ce que fait le héros tout au long du film." Pas si fainéant finalement celui-là.