Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Insolite

Un catalan sur le toit du monde sans oxygène !

24 mai 2017 à 16h34 Par Ludo

C'est un véritable exploit qu'a accompli Kilian Jornet dans la nuit de samedi à dimanche. Il a réussi à gravir l'Everest en 26 heures et sans oxygène. A seulement 29 ans, l'espagnol vient d'entrer dans l'histoire.

On le surnomme «  l’ultraterrestre »

Le catalan de 29 ans né à Sabadell n’en est pas à son coup d’essai. Véritable champion d’ultra-trail, il clôture avec cette ascension de l’Everest son projet Summits of my life. Kilian Jornet a en effet tenté d’affoler les chronomètres sur les plus grands sommets du monde. En 2013 par exemple, il avait mis un peu moins de 5 heures pour gravir les 4810 mètres du Mont-Blanc.

Et cette fois il s’est donc attaqué à celui qu’on surnomme le toit du monde, l’Everest, qui culmine à 8848 mètres. Et alors qu’en moyenne il faut à un alpiniste professionnel entre 4 et 5 jours, lui a atteint le somment en 26 heures !

Les détails de l’ascension

Le catalan Kilian Jornet a donc entamé l’ascension de l’Everest ce week-end sans emporter d’oxygène supplémentaire avec lui. Un sacré pari quand on sait que notre corps dépend de celle-ci pour produire l'énergie nécessaire à nos muscles pour marcher ou grimper par exemple. Et autant le dire passés les 4000 mètres d’altitude, l’oxygène se fait de plus en plus rare créant parfois une hypoxie pour le cerveau.

En prime de ne pas emporter d’oxygène, Kilian Jornet a également gravi l’Everest sans corde fixe, sans matériel lourd et enfin pour gagner du temps sans dormir dans les camps d’altitude.

Quelques soucis physiques

Si on retient après coup l’exploit réalisé par l’espagnol, ce n’a pas été sans souci. Il l’a confié, jusqu’à 7700 mètres d’altitude, il se sentait plutôt bien. Mais il a ensuite commencé à avoir très mal à l’estomac. Et les derniers mille mètres d’ascension ont été particulièrement éprouvants.

Il faut dire que l’ascension de l’Everest n’est pas donnée au premier venu. Depuis les années 50, il y a à peu près 8 000 personnes qui ont atteint le sommet, et seule une trentaine se sont passées de l'aide de l'oxygène artificielle.

Mais l’Everest est aussi connu pour être un des sommets les plus mortels. Quatre alpinistes ont encore été retrouvés morts dans une tente ces derniers jours à 8000mètres d’altitude. Et depuis le début de la saison, 10 personnes ont déjà trouvé la mort.

A noter qu’il n’y a pas besoin de risquer sa vie pour se lancer des défis sportifs. En région parisienne, une nouvelle discipline vient de débarquer le swinrun !

Maud Tambellini