Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Musique

Ria kiffe Marseille

05 mai 2017 à 19h26 Par Ludo

Victoria, connue comme Ria, est une jeune rappeuse de 27 ans, née du côté de San Diego en Californie.

A priori, rien ne la prédestinait à vivre en France et encore moins à Marseillle. Sauf peut-être son nom de scène qui a une petite touche caliente. Pourtant, après avoir d’abord habité à Paris, elle choisit en 2013 de déménager dans le sud de la France et s’installe à Marseille. Elle y découvre son histoire, ses habitants, son côté cosmopolite et ça lui plaît beaucoup. Totalement conquise par le mode de vie de la cité phocéenne, elle décide d'y poser définitivement ses valises.

Pour rendre hommage à sa ville de d’adoption, la rappeuse décide même de créer une chanson et un clip, qui reprennent tous les clichés marseillais, et c’est plutôt bien vu. Elle se moque des bouchons sur la route, en passant par l'emblématique Canebière sans oublier le pastis et le rosé, les apéritifs incontournables de Marseille. Chez Latina on adore puisque notre devise c’est : «  Il n’est jamais trop tôt pour l’apéro ! » Victoria, rappeuse en herbe, n'oublie pas non plus de citer ses illustres aînés IAM, Psy 4 de la Rime, la Fonky Family ou encore Jul, qui ont donné au monde musical marseillais ses lettres de noblesse.

Dans une interview récente au journal locale La Provence la jeune femme s’est récemment expliqué sur son attachement à Marseille en ces termes : "C'est vraiment une ville qui ne ressemble pas aux autres en France. Il y a un véritable mélange des cultures et d'influences et une histoire intéressante. J'apprécie spécialement les calanques, le soleil, les camions de pizza, la mer et le climat (et même le mistral !). C'est beaucoup plus relax que Paris, les gens sont sympas et le rythme ici me plaît. » Nous aussi, on est conquis.

Si les paroles de Ria sont en anglais, des expressions bien marseillaises comme le fameux "cagole", viennent ponctuer son texte plein d’humour. A découvrir d’urgence, « avé l’accent con» !