Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

RATP : la pollution dans le métro serait sous-évaluée

27 janvier 2021 à 10h30 Par Mikaël Livret
L'association Respire demande un "véritable système de surveillance de la qualité de l'air" dans le métro.
Crédit photo : Pixabay

Les données de la RATP ne reflètent pas les niveaux réels de pollution dans le métro, affirme ce mercredi 27 janvier l'association Respire.

"La pollution de l’air à l’intérieur des stations de métro est préoccupante". L'association Respire se base sur des tests effectués dans plusieurs stations par un chercheur du CNRS. L'association Respire et le syndicat autonome de la RATP (SAT-RATP) ont demandé à Jean-Baptiste Renard, directeur de recherche au LPC2E-CNRS à Orléans, de prendre des mesures avec un appareil qu'il a développé et qui sert à détecter les particules fines, "entre le 24 septembre et le 2 décembre 2020".

Il en ressort, selon Respire, que les données ne correspondent pas à celles de la RATP dans certaines stations (et notamment Châtelet), que "les capteurs de la RATP ne révèlent pas les pics très élevés", qu'au sein d'une même station avec des correspondances "les valeurs peuvent varier du simple au triple" ou encore que "les stations de RER semblent particulièrement polluées".

"La pollution de l'air à l'intérieur du métro jusqu'à 10 fois plus élevée qu'en surface"

Pour l'association, le dispositif de surveillance de la qualité de l'air de la RATP se base sur des "capteurs actuels, mal entretenus et peu performants, (qui) ne donnent pas une image réaliste de la situation de la pollution dans les stations".

Respire avait déjà publié fin 2019 des chiffres selon lesquels "la pollution de l'air à l'intérieur du métro atteint des niveaux énormes, jusqu'à 10 fois plus élevés qu'en surface".  Elle demande qu'un "véritable système de surveillance de la qualité de l'air soit mis en place et que ses données soient accessibles publiquement en permanence". "Mesurer la gravité du problème est la première étape pour pouvoir le résoudre", relève Olivier Blond, directeur de l'association, cité dans le communiqué.