Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Paris : la mortalité routière en forte hausse

21 décembre 2020 à 15h00 Par Bertrand Loppin
Perte des bons réflexes, non respect des limitations de vitesse, plus de vélos et de trottinettes... Plusieurs facteurs expliquent la hausse de la mortalité routière à Paris.
Crédit photo : PxHere - photo d'illustration

Entre janvier et novembre 2020, 43 personnes ont trouvé la mort sur les routes parisiennes. Cela représente 13 personnes de plus que l'année dernière alors que la région a connu deux confinements.

La nouvelle ne manque pas de surprendre. Cette année, les déplacements en Ile-de-France ont connu une baisse sensible en raison des deux périodes de confinement provoquées par la pandémie de Coronavirus. Pour autant, le nombre de personnes décédées suite à des accidents de la route dans la capitale entre janvier et novembre a fortement augmenté. Ainsi, 43 personnes sont mortes au cours d'accidents survenus dans Paris, soit 13 de plus par rapport à l’année 2019. Parmi les victimes, on dénombre 14 piétons qui sont ainsi la catégorie la plus touchée; viennent ensuite les automobilistes (11 morts), les deux-roues (10 morts) et les cyclistes (huit morts). 

Paris enregistre les plus mauvais résultats, alors que globalement, la mortalité routière est en baisse de 7,7% sur l’ensemble de l’Ile-de-France. Parmi les bons élèves, la Seine-et-Marne comptabilise 9 décès en moins ainsi que la Seine-Saint-Denis, avec 13 décès en moins. Toutefois, en Essonne, le nombre de morts sur la route augmente légèrement, passant de 29 à 31 entre 2019 et 2020.

Comment expliquer la forte augmentation du nombre de morts sur les routes dans Paris ? Plusieurs hypothèses sont avancées. Pour certains, cela serait dû au développement de certains modes de déplacements tels que les vélos ou encore les trottinettes. Pour d'autres, les usagers de la route, restés confinés chez eux pendant plusieurs semaines, auraient perdu leurs bons réflexes. Enfin, la prévention routière pointe aussi le non-respect des limitations de vitesse. Certains automobilistes auraient tendance à rouler plus vite profitant du fait qu’il y ait moins de monde dans les rues.