Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Paris : inscriptions ouvertes pour la 2ème nuit de la solidarité

15 janvier 2019 à 18h10 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Wikipédia

Il est désormais possible de s’inscrire pour participer à la 2e édition de la Nuit de la solidarité, le jeudi 7 février prochain. Cette initiative vise à recenser les personnes sans-abri vivant dans la capitale.

Une deuxième édition pour comparer. Comme l’an passé, les citoyens seront invités à se mobiliser largement pour rendre la démarche possible (aux côtés de la Ville, de l’État, des partenaires institutionnels et associatifs). Il s’agira de constituer plus de 360 équipes mixtes de professionnels et citoyens.

Ils arpenteront l’espace public, les salles d’attente des urgences, les gares et les stations parisiennes du métro, les parkings, halls et caves d’immeubles, à la rencontre des personnes sans-abris. Il s’agit d’en connaître précisément le nombre, et de leur proposer de répondre à un questionnaire. La méthode retenue en 2018 sera reconduite, pour permettre la comparabilité des résultats dans le temps.

Une stratégie d’invisibilité pour se protéger des violences subies à la rue

Lors de la première Nuit de la Solidarité (du 15 au 16 février 2018), 3 035 personnes avaient été recensées dans Paris, dont 485 dans le métro et les parkings. Le profil de ces personnes « en situation de rue » avait été ensuite affiné. On apprend que les deux tiers des sans-abri avaient entre 25 et 54 ans, 12% étaient des femmes et plus de 6 sans-abri sur 10 déclaraient ne jamais appeler le 115, le numéro d’urgence pour obtenir un hébergement.

Les femmes, en particulier, avouaient alors poursuivre une stratégie d’invisibilité pour se protéger des violences subies à la rue, qui touchent 90 % d’entre elles. L’analyse des questionnaires montrait aussi la grande diversité des situations : si un tiers des personnes rencontrées étaient en situation d’errance depuis moins de trois mois, près de la moitié (49%) l’étaient depuis plus d’un an.