Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Musique

Les stars continuent de se mobiliser pour le Venezuela

28 avril 2017 à 17h24 Par Ludo

Le pays traverse actuellement une grave crise sociale et les soutiens des artistes latinos se multiplient.

Après trois semaines de manifestations continues à Caracas et dans tout le pays, des stars latinos haussent le ton et appellent à un « cessez le feu » en préambule à des négociations de paix. Les affrontements on le rappelle ont déjà cause la mort d’une dizaine de personnes dans le pays. Parmi les artistes à s’engager on remarque aujourd’hui le colombien Juanes, mais aussi Nacho, originaire du Venezuela et Franco de Vita. Ils viennent prêter main forte à d’autres personnalités, qui s’étaient déjà exprimé en marge des manifestations.

À la base, ces mouvements sociaux ont vu défiler des millions de citoyens qui réclament plus de justice, et défient le président en place Nicolas Maduro. Les manifestants réclament aujourd’hui l’organisation de nouvelles élections respectant un processus démocratique. Prenant par aux débats et aux combats des citoyens, les stars latinos utilisent, elles, leurs réseaux sociaux pour monter leur appui au peuple cubain.

Dans une vidéo très personnelle posté sur son compte Instagram et déjà visionnée près de 300 000 fois, le chanteur colombien reprend une chanson du compositeur venezuelien Simon Diaz dans laquelle il dit « Aujourd’hui je me suis réveillé en pensant au Venezuela, je te porte toujours avec moi dans mon cœur ».

Nacho a lieu aussi utilisé le réseau Instagram pour publié un message d’espoir. L’interprète du tube « Bailame » a pris la parole pour dénoncer une situation indigne de son pays et appelé à la paix. Il appelle au changement et à plus de respect envers le peuple qui souffre. Enfin, Franco de Vita, toujours via les réseaux sociaux, a dédicacé une des ses chansons au peuple venezuelien et s’est exprimé en ces termes : «  Je suis libre de penser ce que je veux, je suis libre de vous regarder en face … et je ne suis pas à vendre. »