Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Les chômeurs auraient été trop payés l’an dernier

25 avril 2018 à 10h27 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Flickr

Près d’un milliard d’euro de trop-perçu aurait été versés aux demandeurs d’emploi en 2017. Dans la plupart des cas, ce sont des chômeurs qui ont travaillés, mais « oubliés » de déclarer tout leurs revenus.

Un milliard d’euros. On apprend qu’en trois ans, les allocations octroyées à tort aux demandeurs d’emploi ont progressé de 36% et dépassaient le milliard d’euros en 2017, selon un rapport de l’Unedic.

Près de neuf trop perçus sur dix (87%) sont une conséquence de la reprise d'une activité. Dans 62% des cas, l'allocataire a bien attesté à Pôle-emploi avoir travaillé, mais il n'a pas "déclaré" ou "justifié" tous les salaires gagnés. Dans près de 4 cas sur 10, l'allocataire a bien travaillé, mais ne l'a carrément pas déclaré.

La généralisation du paiement provisoire semble être une solution prometteuse

L’Unedic entend tirer les leçons de ce diagnostic et envisage quatre solutions. Les trois premières visent à "améliorer les processus d'actualisation". Par exemple concernant l’actualisation mensuelle, s’ils ont retravaillé, les demandeurs d’emplois doivent déclarer le nombre d'heures travaillées et le total des rémunérations perçues avant d’additionner ses salaires, ce qui, parfois peut conduire a des erreurs de calculs (plus ou moins volontaires ), selon la note.

Autre piste à l’étude, la date d’actualisation. Aujourd’hui fixée autours du 28 de chaque mois, l’Unedic pourrait décaler le calendrier et fixer la date au 1er jour du mois d’après.

Enfin, la généralisation du paiement provisoire semble être une solution prometteuse pour éviter les abus. Un allocataire qui ne justifierait pas de toutes ses activités ne toucherait qu’une avance de 80% de son allocation. En cas de trop-perçu constaté avant le 25 du mois, il serait alors considéré comme une avance et récupérable plus facilement en étant déduit des allocations futures. Ce n’est pas la première fois que cette question des trop-perçus est évoquée. En 2014, il y avait déjà eu un rapport sur le sujet, mais rien n’avait été fait.