Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Île-de-France : la région veut renforcer la sécurité dans les bases de loisirs

03 août 2020 à 12h43 Par Bertrand Loppin
L'Île de loisirs d'Etampes.
Crédit photo : Région Île-de-France

Après la bagarre qui s’est déclarée vendredi dernier à la base de loisirs d’Etampes, le conseil régional d’Île-de-France va porter plainte et réclame plus de moyens à l’État pour renforcer la sécurité.

Les faits se sont déroulés vendredi dernier. Les images ont fait le tour des réseaux sociaux. En fin d’après-midi, une bagarre éclate sur la base de loisirs d’Etampes. La rixe va opposer pendant plusieurs minutes deux bandes rivales. Une centaine de jeunes s’affrontent au beau milieu de nombreuses familles venues chercher un peu de fraicheur alors que la température frise les 40°. Les vols d'un téléphone et d'une carte bancaire seraient à l'origine de la dispute. Débordé, le service de sécurité de la base de loisirs devra faire appel aux forces de l’ordre qui ne parviendront à rétablir le calme qu’après usage intensif de gaz lacrymogène.

Après ce triste épisode, le conseil régional d’Île-de-France a décidé de porter plainte. Mais la région n’entend pas en rester là. Dimanche, Patrick Karam s’est rendu sur place, Accompagné d’élus et de représentants des forces se l’ordre, le vice-président de la région en chargé de la jeunesse, des sports, de la vie associative, de la citoyenneté et des loisirs a annoncé la mise en service prochaine de drones avec haut-parleur, un moyen d’intervention qui permet d’anticiper les problèmes. Il souhaite également la présence de maitres-chiens et de policiers à cheval.

Patrick Karam en a également profité pour récclamer plus de moyens à l’État. Il estime indispensable la présence de forces de police et de gendarmerie en période de fortes chaleurs. Il constate que les tensions ont particulièrement augmenté cet été sur les îles de loisirs. Comme pour les supporters dans les stades, il demande au ministre de l’intérieur la mise en place d’un fichier recensant les personnes qui seraient interdites d’entrée sur les îles de loisirs de la région après avoir commis des actes d’incivilités.