Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Musique

Farruko : les paroles de sa chanson « Amarte Duro » font polémique

07 mai 2018 à 16h00 Par Aurélie AMCN
Crédit photo : Farruko

Farruko est au coeur d’une nouvelle polémique. Après son arrestation pour contrebande, il est aujourd’hui accusé de faire l’apologie de Pablo Escobar et des violences conjugales avec sa nouvelle chanson.

C’est une mauvaise période pour Farruko. Le chanteur a récemment été arrêté par la police. L’interprète de Krippy Krush a été accusé d’avoir transporté et caché plus de 52 000 dollars non-déclarés dans ses bagages lors d’un vol entre la République Dominicaine et son île natale de Porto Rico. Une somme considérable considérée comme étant de la contrebande par les autorités portoricaines. Libéré avec une caution de 100 000 dollars, il a ensuite été placé sous résidence surveillée dans sa demeure de Miami en Floride là où il prépare de nouvelles chansons. Il vient ainsi de présenter un nouveau morceau en duo avec Victor Manuelle : Amarte Duro. La chanson fait aujourd’hui polémique. La raison ? Le texte. 

Si les premières lignes expriment une belle déclaration d’amour, il est rapidement question de consommation de drogue, de Pablo Escobar et de violence avec notamment une référence directe à la violente altercation entre Rihanna et Chris Brown le soir de la cérémonie des Grammy Awards : « Mes sentiments sont purs comme la cocaïne de Medellin / Je ne suis pas Pablo, mais tu sais de quoi je parle / Plus tu souhaites jouer avec le feu, plus tu t’approches du diable / J’en suis malade comme si j’étais accro aux drogues / Tu es mon addiction, j’ai besoin de toi chaque jour / Je ne peux plus le supporter / Et je t’aimerais aussi fort que Chris a aimé Rihanna ». Des paroles controversées qui ont pourtant résonné lors des Latin Billboard Awards à Las Vegas le 26 avril dernier. 


Une chose intolérable pour Frederico Gutierez, le maire de la ville de Medellin, en Colombie. Ce dernier n’a donc pas manqué d’exprimer son indignation dans une lettre ouverte publiée sur les réseaux sociaux. « Je pense que vous ne vous rendez pas compte des dégâts que leur chanson cause à Medellin. Il me semble inconcevable que personne n’en prenne conscience et accepte des paroles aussi déplorables », dénonce-t-il, avant de réclamer des excuses publiques des deux artistes. Victor Manuelle s’est d’ailleurs rapidement exécuté avec un long message publié sur Twitter. L’artiste s’est dit être désolé d’avoir offensé les habitants de Medellin, « une ville qui m’a donné tant d’amour au cours de ma carrière ». Farruko ne s'est pas encore exprimé.