Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Mundo Latino

En décembre, un grand pèlerinage catholique se déroule au Chili (vidéo)

18 décembre 2019 à 16h30 Par Jérome Pasanau
Crédit photo : Pixabay

Du 24 au 26 décembre se déroule la « Fiesta Grande de Andacollo ».

C'est l’un des plus grands pèlerinages du Chili. Chaque année du 24 au 26 décembre, près de 150 000 personnes affluent de tout le pays dans un petit village minier de la région de Serena, à Andacollo. Objectif : Se rendre en pèlerinage dans la basilique en bois de la bourgade qui abrite la Virgen del Rosario, la Vierge du Rosaire. Une vierge noire devenue patronne des mines. La tradition de ce pèlerinage est très lointaine, elle remonterait à 1584 :

« Selon les historiens, c’est entre les années 1584 et 1590 qu’a débuté cette célébration où l’on vénère la vierge d’Andacollo. A l’époque, l’image de la vierge était bien différente de celle que l’on connait aujourd’hui. Car l’image de la vierge actuelle dans ce village minier, elle date de 1676, après l’avoir achetée au Pérou. Depuis, « los Chinos » s’en occupent. Ce sont principalement des mineurs et leurs enfants. Ils dansent devant la statue de la vierge. Une vierge qui serait à l’origine de beaucoup de miracles selon eux. Ces danseurs sont désignés par un chef indien. Chaque danseur représente une famille, qui depuis plusieurs générations respecte cette tradition. »

Et ces danseurs justement, et bien ils pratiquent « los bailes chinos », des danses chinoises traditionnelles, inscrites au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Pendant ces quelques jours de fête, beaucoup de personnes viennent donc en pèlerinage à la basilique pour rencontrer la vierge : 

« Depuis l’autoroute qui mène de la Serena jusqu’à Ovalle, on voit les pèlerins qui commencent à grimper les montagnes pour se rendre jusqu’au village minier. Il faut grimper 30 kms pour pouvoir accéder au village situé à 1 770 mètres d’altitude. Un endroit, dominé par l’imposante basilique. »  

Et les plus fervents pèlerins font la dernière partie du parcours à genoux :

 « A l’intérieur de celle-ci, les pénitents à genoux, s’approchent de la statue de la vierge. La plupart du temps, la principale demande dans les prières des fidèles, c’est la santé des proches et de la famille. Et un certains nombre vient également pour remercier la vierge. » 

Enfin, au-delà du religieux, la bat son plein également avec des musiques et des danses. Des courses de chevaux et des combats de coq sont aussi organisés pendant la durée des célébrations. A noter pour l’anecdote que cette vierge noire, et bien elle a été repeinte en 1892… Cette fois en rose !