Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Musique

Daymé Arocena: la chanteuse cubaine se lance en france !

31 mai 2017 à 17h09 Par Ludo

Daymé Arocena arrive en France avec un premier album cubain intitulé « Cubafonia ». A découvrir de toute urgence si vous voulez faire du bien à vos oreilles.

Malgré déjà trois enregistrements sur le label Brownswood, pour Gilles Peterson « Cubafonía » est ce qu’on peut appeler le vrai premier album de Daymé Arocena. Dans une interview au journal Le Monde elle se livre et revient sur la genèse de cette petite pépite musicale. « Cubafonía, c’est ma création. Et même si il n’est pas parfait, je l’adore. » « C’est comme un bébé », confie Daymé. « Je l’ai porté. » … pendant plus d’un an, le tout premier enregistrement ayant eu lieu en décembre 2015 « pour voir ce que ça pouvait donner. » Dans cet entretien, Daymé reconnaît s’être fait beaucoup aider. Par Gastón Joya d’abord, le contrebassiste de Chucho Valdés. Sacrée référence quand même. Il a agit comme le vrai chef d’orchestre de ce projet musical ambitieux.

La jeune chanteuse a également été épaulée par Dexter Story. Inconnu du grand public, c’est un producteur multi-instrumentiste basé à Los Angeles. Si Daymé avait une idée précise de ce qu’elle souhaitait, elle craignait quand même que sa musique soit trop compliquée pour les non-Cubains. On croit en effet souvent connaître et apprécier les rythmes latinos mais ceux-ci peuvent souvent se révéler plus complexes que prévus. La chanteuse s’explique sur ce point : « J’avais besoin d’une personne qui avait une vision internationale. Je sentais que Dexter serait le meilleur, le meilleur pour réaliser ce que j’avais en tête. Il a cette sensibilité africaine… » .

Daymé a fait également appel à Emir Santa Cruz, pour les arrangements des cuivres, Miguel Atwood-Ferguson pour les cordes. Parmi les musiciens, on retrouve avec bonheur ce qu’on appelle aujour’dhui la jeune garde de la musique cubaine. A savoir Yaroldi Abreu, percussionniste lui aussi de Chucho et le pianiste Jorge Luis Lagarza, pour ne citer qu’eux. Les enregistrements ont eu lieu entre La Havane  et Los Angeles, le mixage entre Los Angeles et Londres. Un petit bijou de son latino à découvrir d’urgence.