Insolite

Miss Univers : pourquoi les candidates latinas sont en perte de vitesse ?

29 novembre 2017 à 16h00 Par Ludo
Crédit photo : Miss Univers Official

Après une Française l’année dernière, c’est une jeune sud-africaine qui vient de remporter la couronne. Une nouveauté dans une compétition habituellement dominée par les candidates latino-américaines.

Le dimanche 26 novembre dernier a eu lieu le célèbre concours de Miss Univers 2017 auxquelles participaient pas moins de 92 candidates toutes plus jolies les unes que les autres et originaires d’autant de pays. En France, le public n’avait d’yeux que pour Iris Miss Mittenaere, la lauréate de 2016 qui remettait sa couronne en jeu. Un précédent qui a rendu la candidate française de 2016 philosophe après sa défaite. Alice Aylies a en effet déclaré après la cérémonie : «  on ne peut pas gagner tous les ans. » Alors qu’en fait si, on peut gagner tous les ans, enfin avant on pouvait... Prenons par exemple le Vénézuela qui a eu par le passé pas moins de sept candidates qui ont été sacrées Miss Univers. Un record absolu, mais d’autres pays latinos ne sont pas en reste. La Colombie et le Brésil ont aussi remporté à plusieurs reprises la fameuse couronne. Mais aujourd’hui, la domination des « latinas » semble bien terminée.

Parmi les raisons de cette nouvelle tendance, on peut trouver le nouveau mode de sélection des Miss. Le jury a décidé récemment de prendre en compte les votes du public via internet. Après cela, on établit maintenant une première sélection venant du monde entier avec un total de seulement 16 candidates. Et là aussi, les règles ont changé puisque les organisateurs imposent d’y retrouver quatre candidates de chaque continent. On retrouve donc quatre Miss pour l’Europe, l’Amérique, l’Asie et l’Afrique-Océanie. Un procédé qui rebat les cartes et permet d’après l’académie Miss Univers plus d’équité entre les candidates.

Lors de la grande finale, les Miss ne défilent plus non plus par ordre alphabétique, mais en fonction de leur continent d’origine. Une nouveauté qui l’a aussi n’avantage pas forcément les candidates latinas qui étaient bien souvent plus nombreuses que les autres. Des nouvelles règles qui peut-être ont permis cette année à la candidate sud-africaine de remporter la couronne pour la deuxième fois seulement depuis 1978.