Info générale

Les suites des attaques en Catalogne

18 août 2017 à 14h07 Par Maud Tambellini
Une minute de silence a été observée ce midi dans toute l’Espagne en hommage aux victimes des attaques de Barcelone et Cambrils jeudi 17 août. Selon un dernier bilan, on compte 14 morts et plus d’une centaine de blessés.

Au moins 24 nationalités touchées

Un rappel des faits déjà. Hier après-midi peu après 17 heures une fourgonnette a foncé sur la foule dans le centre-ville de Barcelone sur l’avenue des Ramblas. L’équivalent des Champs-Elysées chez nous. Selon un bilan encore provisoire, on compte 13 morts et plus d’une centaine de blessés.

Et en cette période de vacances, au moins 24 nationalités seraient touchées. Le ministère des affaires étrangères a indiqué qu’il y avait 26 blessés français dont 11 dans un état grave.

Une cellule de crise a été ouverte à Paris, joignable au 01 43 17 51 00. Un numéro d'urgence a également été mis en place au consulat général à Barcelone, qui est en contact permanent avec les autorités locales. Vous pouvez appeler le consulat au +34 932 703 035.

Une deuxième attaque à Cambrils

En tout cas en lien avec ces victimes françaises, une enquête antiterroriste a été ouverte par le parquet de Paris. Pour l’instant en Espagne, on sait que quatre suspects ont été arrêtés, mais si Daesh a revendiqué l’attaque de Barcelone, ce matin encore, les autorités indiquaient que le conducteur de la fourgonnette serait toujours en fuite.

En prime La Catalogne a été touchée une deuxième fois hier dans la soirée à Cambrils, station balnéaire à 120 kilomètres au sud de Barcelone. Une autre voiture bélier a foncé sur la foule faisant un mort et six blessés dont un policier. Les cinq terroristes présumés à bord, certains équipés de fausses ceintures d’explosifs ont été abattus.

Enfin pour les autorités, un autre événement pourrait être lié à ces attaques. La veille, mercredi 16 août, une explosion a fait un mort et sept blessés dans un logement d’Alcanar au sud de Barcelone. Dans les décombres, les enquêteurs ont retrouvé une vingtaine de bonbonnes de gaz. Pour le chef de la police catalane, Josep Lluis Trapero, "Nous soupçonnons qu'ils (les occupants du logement) préparaient un engin explosif"