Les anglais inventent le congé pour gueule de bois !

DR
21 septembre 2017
Par Ludovic Vilain
Si vous avez tendance à forcer sur les mojitos le mardi soir, on vous conseille de vous vous faire embaucher par cette entreprise britannique.

Voilà une nouvelle qui n’est pas passée inaperçue chez les amateurs de cocktails que nous sommes. Mais avant toute chose, on rappelle bien sûr que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et qu’il faut toujours consommer avec modération. Mais si jamais vous vous lâchez un peu en soirée, alors vous pourrez prendre pourquoi pas un congé pour cause de gueule de bois. C’est la bonne idée qu’a eue une entreprise londonienne qui travaille dans le secteur musical. Le patron a décidé d’offrir à ses salariés des jours de congés « gueule de bois » pour leur permettre de profiter de la vie nocturne et les aider à se remettre en douceur des lendemains de fête. Si vous voulez notre avis, on lui décernerait volontiers la médaille d’or de l’inventeur de l’année. On peut aussi chanter « merci patron » sur un air de salsa en dansant dans la salle de réunion.

Plus sérieusement, l’objectif affiché par cette start up basée dans le quartier branché de Shoreditch à Londres est d’améliorer les relations au travail et la productivité des salariés. Interrogés par les médias du monde entier à l’annonce de cette mesure, les dirigeants ont expliqué vouloir éviter que les employés soient obligés de mentir lorsqu’ils ont pris une petite cuite. C’est vrai que cela peut nous arriver de prétexter une raison familiale ou une mauvaise grippe pour ne pas sortir du lit. Alors qu’en réalité on avait un peu abusé de la sangria avec les copains.

Quand ça leur arrive, les heureux salariés de cette enreprise anglaise peuvent donc se contenter d’envoyer à leur direction une émoticône avec les mots « bière », « malade », ou « musique ». Le patron comprend alors que la soirée du salarié s’est prolongée et qu’il ne le verra pas débarquer au bureau ce jour-là. Le quota des jours de congé pour « gueule de bois » a été fixé à 4 pour une année par la société. C’est bon, on a de la marge.