Des mamies françaises participent au championnat du monde de " pull moche "

Wikimedia Commons
23 novembre 2017
Par Ludo
Une maison de retraite a constitué une équipe pour concourir à cette compétition insolite. L’entraînement est rude, mais les mamies veulent y croire.

On a tous remarqué leur arrivée il y a quelques jours avec les premiers froids … Les " pulls moches " sont parmi nous. Sur les collègues de bureau, dans le métro ou pire chez nos beaux-parents, ils ont envahi l’espace public. Même certains peoples ont cédé à la mode et ça, ça fiche vraiment la trouille. Le " pull moche ", c’est cette création en laine improbable et de couleur vive de préférence que l'on évitait de mettre il y a encore quelques années. Il arbore souvent des motifs un peu naïfs comme un lutin, un bonhomme de neige, un sapin ou même carrément le Père-Noël lui-même. D’abord raillé, le phénomène est devenu viral sur internet et a même aujourd’hui sa compétition très officielle.

Le championnat du monde de " pull moche " a lieu samedi prochain dans le cadre du Salon de Vintage organisé à Renaudié dans le Sud-Ouest de la France. D’abord lancée sur le ton de la plaisanterie, l’idée a fait le buzz et les organisateurs de cette compétition insolite en sont les premiers surpris. Ils attendent plus de 600 inscrits qui vont concourir dans trois catégories différentes : enfants, individuel et groupes ou familles. C’est très logiquement dans cette dernière catégorie que se sont inscrites les pensionnaires de la maison de retraite locale. Très motivées, les mamies s’entraînent tous les jours avec le personnel d’animation et les soignants. Elles espèrent bien remporter un prix et faire parler d’elles.

Parmi les créations qui seront dévoilées pendant le championnat, on devrait voir des " pulls moches " avec des guirlandes scintillantes et d’autres ornés de petits chaussons, tout un programme. Afin d’être au top le jour de la compétition, les mamies tricoteuses se sont réparties en ateliers et ont travaillé plusieurs heures par jour. D’après Denise, l’une des participantes inscrites au concours : « Cela permet de continuer à travailler avec les mains et de ne pas s’engourdir. » Bonne chance les filles !