Au secours, il y a un scorpion dans l’avion !

DR
20 septembre 2017
Par Sébastien Tartar
On connaissait les serpents et les araignées qui sèment la panique à bord, maintenant c’est au tour du scorpion.

Les faits se sont déroulés début septembre sur un vol de la compagnie britannique Easyjet entre Paris et Glasgow en Ecosse. Le mignon petit animal a été repéré heureusement quelques minutes avant le décollage de l’avion. Mais il s’en est quand même suivi une belle panique à bord. Le vol était prévu à l’heure, l’embarquement terminé et les portes fermées lorsqu’un homme qui voyageait à l’arrière de la cabine a aperçu le scorpion et prévenu le personnel de bord. L’équipage a alors demandé à l’ensemble des passagers d’évacuer l’appareil dans le calme afin de procéder à des vérifications d’usage et de capturer l’animal évidemment.

D’après les témoignages de certains voyageurs, les opérations se sont passées dans un calme très relatif. Plusieurs passagers ont dans un premier temps protesté parce qu’on ne les pas informés de la cause de l’évacuation de l’appareil. Certains auraient même tenté de s’opposer aux consignes des hôtesses et stewards. Devant cette résistance, le personnel a alors annoncé qu’un animal « potentiellement » dangereux avait été aperçu dans l’avion. A ces mots, comme par magie, la totalité des passagers s’est précipitée vers les issues de secours.

La compagnie a ensuite procédé au ratissage complet de l’avion mais n’a pas retrouvé le scorpion en question. Pas très rassurant tout ça. Dans un souci de confort et de sécurité, des responsables d’Easyjet ont donc indiqué que l’avion serait fumigé avant son prochain vol. Les passagers eux ont été hébergés dans des hôtels à proximité de l’aéroport Charles De Gaulle avant d’embarquer le lendemain sur un autre vol. La compagnie n’a pas transmis la liste de ceux qui avaient eu des cauchemars pendant la nuit.

Déjà en octobre 2013, la même compagnie aérienne avait connu un incident similaire. Un serpent vivant voyageait sur un de ses vols entre Tel Aviv et Londres.